Le Klevener de Heiligenstein reste aujourd'hui très méconnu, contrairement aux autres vins d'Alsace.

Provenant d'un terrain dont l'exposition privilégiée Sud et Sud-est et dont l'altitude se situe entre 200 et 300 mètres, l'aire de production est délimitée au lieu-dit "Au", géologiquement constitué de masses de galets, de sable et d'argile. Cette terre argilo-siliceuse, sèche et pas trop riche fait que le rendement du Klevener est naturellement limité. Né du cépage Savagnin Rose, le Klevener est un vin blanc superbe à la robe égayée de reflets dorés.

Son arôme velouté et discret, son caractère flatteur et particulier, qui lui confèrent un fruité spécial, en font un vin rare et recherché.

En gastronomie, il est facilement admis de faire un repas uniquement au Klevener, en réservant pour le dessert un millésime d'une année exceptionnelle, dont le bouquet s'est developpé avec l'age.

A noter que le Pinot Blanc, cépage avec lequel le Klevener n'a pourtant aucun lien de parenté, est parfois appelé à tort Klevener (et souvent Klevner, sans le deuxième e).

La situation en coteaux du village de Heiligenstein se prêtait depuis toujours à la culture de la vigne, mais cette vocation s'épanouit véritablement au 18ème siècle, date à laquelle fut introduit un nouveau cépage et quant survint l'agrandissement de l'aire viticole. C'est en effet après un long procès opposant Heiligenstein - ardemment défendu par Ehrhard Wantz alors bourgmestre - et les trois villages voisins sur l'appartenance des terrains dits "Auboden", que le conseil des Echevins de Strasbourg autorisa Heiligenstein à planter, en 1742, du Klevener sur ses propres terres.

Ce nouveau cépage, intelligemment expérimenté sur place par nos ancêtres tant obstinés que travailleurs, eut un tel succès qu'à peine onze ans plus tard, en 1753, une autre tranche du terrain "Auboden" fut allouée aux viticulteurs par le Conseil Souverain d'Alsace résidant à Strasbourg.

Cette seconde décision fut à l'origine de l'enrichissement de la commune et celui de la Ville de Strasbourg, à laquelle les vignerons de Heiligenstein étaient invités à payer la dîme en Klevener, qui à cette époque valait le double des autres cépages.

Comme nous l'avons vu, le cépage qui a donné naissance à cette appellation est le "Savagnin Rose", c'est-à-dire le vieux Traminer, encore dénommé Rotedel ou Edelrose. On n'en finirait pas d'énumérer les expressions locales servant à le désigner.

D'aucuns affirment que, sous les noms allemands d'Edeltraube et de Traminer, ce cépage était déjà cultivé avant le 16ème siècle. Quoi qu'il en soit, que Ehrhardt Wantz ait été le premier à implanter ce cépage ou qu'il l'ait simplement relancé avec des exigences de haute qualité - comme le feront après lui bourgmestres et maires qui se succéderont à la tête de la commune jusqu'à la reconnaissance, par décret du 30 juin 1971, de l'Appellation Contrôlée : Alsace Klevener de Heiligenstein - les viticulteurs de la région lui vouent, pour cela, une grande reconnaissance. Mieux, désirant que le témoignage de celle-ci s'inscrive de manière définitive dans les esprits, ils lui ont élevé une statue. Celle-ci est installée dans une niche située sur la façade de la mairie.

Plus d'une douzaine de viticulteurs proposent à Heiligenstein de déguster du Klevener.

N'oubliez pas que ce vin ne se trouve que dans cette bourgade de 800 habitants située entre Barr et Obernai (au Sud de Strasbourg). Alors, si vous vous promenez un jour en Alsace, arrêtez-vous et... dégustez !